Alternatives locales épices

Alternatives locales au goût exotique #3 : les épices

Parce qu’on peut être écolo et gourmand à la fois, je vais lister des produits exotiques et trouver leurs alternatives locales au goût similaire ! Dans cet article, je parlerai des épices : cannelle, vanille, clou de girofle… Beaucoup font partie de nos recettes traditionnelles, et pourtant ils viennent de très loin. Heureusement, il existe des plantes locales qui peuvent s’y substituer, ou simplement nous rappeler leur parfum !

Ceci est le 3ème d’une suite de 3 articles.


Lire le 1er article ici (les boissons) >
Lire le 2ème article ici (les fruits et les noix) >

Certaines alternatives que je propose sont des plantes sauvages, j’aimerais donc faire appel à votre bon sens et vous demander de faire attention à ce que vous cueillez en pleine nature : en effet, certaines plantes comestibles peuvent facilement se confondre avec d’autres… qui elles sont toxiques et peuvent mettre votre vie en danger ! Ne cueillez donc seulement si vous êtes absolument sûr de reconnaître la plante en question ou mieux, faites vous aider par quelqu’un qui connaît bien les plantes sauvages.

La cannelle

La cannelle fait partie de mes épices préférées : elle apporte un goût sucré aux plats et aux chocolats chauds, est donc très utile au quotidien. Mais saviez-vous que la cannelle est une écorce qui vient d’un arbre tropical d’une dizaine de mètres de haut, le cannelier de Ceylan ? Originaire du Sri Lanka, il n’aime pas les températures froides de nos contrées… Heureusement, il existe quelques alternatives qui permettent de retrouver le goût de la cannelle sans aller la chercher si loin.

  • Le poivre-cannelle, de son nom scientifique « Peperomia congona », est une plante méconnue qui est pourtant très utilisée en cuisine en Équateur et aux Îles Canaries. Cette plante médicinale est de la même famille que le poivre et a un délicieux parfum de cannelle, avec un côté un peu piquant. Même si cette plante est d’origine tropicale, elle peut être facilement cultivée en intérieur grâce à sa petite taille (50 cm), et ses feuilles viendront apporter une touche de cannelle à vos plats !
  • Il existe tant de variétés de basilic qu’on ne peut les compter, et nous retrouvons parmi elles… le basilic cannelle ! Il peut donc être ajouté aux plats pour leur donner un petit goût de cannelle.

Le gingembre

GingembreLa bonne nouvelle, c’est que le gingembre, bien qu’ayant des origines tropicales, peut se cultiver très facilement chez soi puisque c’est un rhizome et qu’il ne prend pas beaucoup de place en pot. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il faudra attendre 8 à 10 mois après la plantation pour pouvoir récolter les rhizomes.

Une alternative existe, plus pratique et plus rustique : le gingembre mioga (Zingiber mioga), une variété japonaise. Comme le gingembre officinal, on peut récolter les rhizomes à l’automne, mais on peut également consommer les jeunes pousses et surtout ses fleurs, ou plus particulièrement ses boutons floraux, qui ont la saveur du gingembre sans être trop piquant. Un autre avantage de cette plante, elle résiste au froid jusqu’à -15°C donc on peut sans problème la laisser en pleine terre !

Le curcuma

curcumaComme le gingembre dont il partage la famille, le curcuma est une plante à rhizome qui peut se cultiver à l’intérieur sans problème. Elle donne d’ailleurs des fleurs magnifiques, semblables au safran. Mais comme le gingembre, il faudra attendre l’automne pour profiter de son rhizome ; si vous voulez retrouver l’odeur du curcuma – ou plus précisément du curry – toute l’année, il existe une plante aromatique nommée Immortelle d’Italie (Helichrysum italicum), aussi appelée Herbe à curry. On peut faire infuser ses feuilles dans la casserole telles des feuilles de laurier pour donner au plat une odeur de curry, tout en prenant soin de les enlever avant de servir, car elles peuvent être un peu indigestes.

La vanille

VanillePour obtenir de la vanille sous nos latitudes, comment dire… ça se corse. En effet, la vanille est issue d’une orchidée grimpante tropical qui peut mesurer jusqu’à 15 mètres de haut. Originaire du Mexique, elle exige des températures entre 15 et 20°C toute l’année. Même s’il est techniquement possible de la faire pousser sous serre, la fécondation de la fleur du vanillier doit se faire grâce à une abeille mexicaine ou des colibris, et comme nous n’avons ni l’un ni l’autre, il faudra passer par un processus artificiel pour obtenir la fameuse gousse de vanille.

Je vous rassure, il existe des alternatives au goût de vanille !

  • La plus accessible est l’aspérule odorante ; c’est une petite plante sauvage qui pousse naturellement dans nos forêts, mais vous pouvez également en trouver en jardinerie et la planter à l’ombre dans votre jardin pour qu’elle soit plus accessible. En avril-mai, vous pourrez récolter fleurs et feuilles en ne la coupant surtout pas à ras du sol pour qu’elle puisse reprendre. Si fraîche elle ne sent rien, c’est séchée qu’elle libère tout son arôme vanillé, et elle peut alors être utilisée comme de la vanille dans les plats ou gâteaux. De plus, elle a des propriétés médicinales : elle est anti-spasmodique et favorise le sommeil. Que demander de mieux ?
  • Le mélilot : c’est une grande plante qui peut atteindre plus de 1,50 mètre et qui pousse à l’état sauvage. Elle s’utilise exactement comme l’aspérule odorante : on laisse sécher les feuilles et les inflorescences, et elle dégagent alors un parfum de vanille. On peut les broyer et les utiliser en poudre dans des desserts. Le mélilot a les mêmes vertus médicinales que l’aspérule odorante, seule la période de récolte diffère finalement : ce sera tout au long de l’été.

Le clou de girofle

Clou de girofleLa culture du giroflier, arbre d’une dizaine de mètres de hauteur, n’est possible qu’en zone équatoriale avec une température comprise entre 22 et 30° C, des précipitations de l’ordre de 1 500 à 3 000 mm/an et une saison sèche de moins de 3 mois. Ça c’est dit. Maintenant, voyons les alternatives au clou de girofle :

  • La benoîte urbaine (Geum urbanum) est une petite plante sauvage qui se trouve le plus souvent en lisière de forêt, dans les endroits humides. C’est sa racine qui va nous intéresser, car râpée, elle a l’odeur du clou de girofle et était d’ailleurs utilisée autrefois pour le remplacer. Attention toutefois à ne pas arracher la plante dans son milieu naturel : déterrez seulement quelques racines et laissez la majorité d’entre elles dans le sol pour que la plante ne meure pas. Bien sûr, inutile de préciser que la benoîte n’aura pas les mêmes effets médicinaux que le clou de girofle.
  • Le basilic (encore lui !) peut avantageusement remplacer le clou de girofle et ce, toute l’année, s’il est cultivé à l’intérieur. La variété dont l’odeur est la plus proche du clou de girofle est le basilic asiatique (O. sanctum).

Et c’est la fin de cette série d’articles sur les alternatives locales au goût exotique ! J’espère qu’elle vous aura plus et que cela vous donnera envie de remplacer certaines denrées tropicales par des produits locaux  🙂

Lire le 1er article ici (les boissons) >
Lire le 2ème article ici (les fruits et les noix) >

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

très admirative de tes articles et conseils Stéphanie

Pour le gout du curry j’ai une plante qui s’appelle « Helichrysum italicum » apparemment c’est l’Immortelle d’Italie, elle est protégée dans le sud de la France. Son odeur est celle du curry bien sur, les branches dans l’eau de cuisson du riz … et ça a le gout et l’odeur mais sans la couleur ! Par contre elle n’attire pas trop les butineurs.
Merci pour cette série d’articles très sympathique !

Compliments pour votre blog, Stéphanie ! Votre page consacrée aux alternatives aux épices exotiques tient ru génie. Merci !

Merci beaucoup ! Je suis ravie que ce contenu vous plaise 🙂

Laisser un commentaire